L’ombre de la colline

L'ombre de la colline couverture Recto

Tu marches, lentement, un peu voûtée, au plus près des langues de mer qui s’enroulent et se déroulent à tes pieds, et tes yeux humides se perdent dans les méandres que forment, dans le sable mouillé, ces longs serpents liquides et luisants. Et puis tu pénètres jusqu’à mi-cuisse dans l’eau dont la fraîcheur te saisit et tu lâches la bouteille dans laquelle tu as enfermé le récit de tes souvenirs. Tu connais bien les vents et les courants et tu sais qu’aujourd’hui les vagues l’emporteront au large. Elle se laisse chahuter par le roulis, gîte mollement, avant de s’éloigner. Tu la regardes disparaître peu à peu et dans tes yeux se reflète l’éclat du ciel qui s’écrase de tout son poids sur la mer. Tes lèvres dessinent un sourire en demi-lune quand tu te retournes pour sortir de l’eau. Tu es émue. Soulagée et heureuse. Tu viens de confier ton passé à la mer et tu espères qu’un jour un inconnu pourra le recueillir. À travers le rideau de tes cheveux gris que le vent emmêle, je devine les traits de ton visage, éclairés d’une joie tout enfantine, et cette expression qui t’anime quand tu penses au moment où cet inconnu découvrira le récit aigre-doux de ta vie. Et ce frisson qui parcourt l’esquif de ton corps est un courant qui t’emporte, loin, jusqu’aux confins de ta mémoire.

 

Laurence Marconi 2 nb
Laurence Marconi a longtemps enseigné l’anglais dans un collège de Seine-et- Marne. Elle écrit des nouvelles depuis dix ans. Certaines, primées à l’occasion de concours, – qui lui ont permis de participer à de nombreuses remises de prix et de faire de belles rencontres – ont été éditées dans des revues et des recueils collectifs. Sur un air de Gershwin, son premier recueil, a remporté le prix des Beffrois en 2014.

Le recueil est préfacé par Jean-Paul Lamy, auteur de nouvelles, contes, billets d’humeur, poèmes, chansons…

À lire en cliquant sur le lien : PREFACE L’ombre de la colline  

Découvrez la bande-annonce du livre :

L’ombre de la colline, recueil de nouvelles de Laurence Marconi, 110 pages, 13 € (+3,12 € de frais de port) parution prévue 15 décembre 2017.

N° ISBN : 979-10-94810-12-5

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :



Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

11 comments

  1. mauvisseau denis dit :

    je viens de refermer « l’ombre de la colline »
    ému de la douce mélancolie et la tendre nostalgie qui se dégagent de chaque texte.
    Comment dire ce qui m’a le plus touché
    Tout ! chaque mot est posé délicatement

    Oui j’ai aimé
    la délicatesse de  » La petite lueur  » et de ‘l’ombre de la colline »
    Touchant « bouquet final »
    Reçu un uppercut en lisant ‘tremblement de chair » et « le sablier »

    j’aime le choix »pesé » de chaque mot

    comme : « le soleil a lavé à coups de jets de lumière un ciel terne et couvert  » … magnifique !
    Laurence MARCONI , sait « saisir » les petites choses de la vie
    elle les décrit avec finesse, nous permettant de nous immerger dans son monde de mots
    c’est simplement beau, comme les métaphores sucrées de « son île »

    Merci Laurence
    ces textes sont à offrir avec tendresse à ceux qui nous sont proches

    denis M

  2. Laurence Marconi dit :

    Merci à toi, Denis, pour ta lecture sensible. Tu es le tout premier à poster un commentaire à propos de L’ombre de la colline. Un concours serait organisé, tu aurais remporté un lot mais ici, il n’y a rien à gagner, simplement ma plus profonde gratitude :-)

  3. Danielle Akakpo dit :

    Terminer 2017 et commencer 2018 en compagnie de ce recueil de nouvelles a été pour moi une joie sans mélange. Nostalgie quand tu nous tiens, Souvenirs-souvenirs auraient été des titres possibles qui n’auraient toutefois pas reflété la teneur et l’atmosphère de ces textes. Car s’il y a plongée dans le passé, celle-ci n’est pas baignée de profonde tristesse, de regrets amers. Si chacun des héros, entré dans la vieillesse, se remémore des moments, des anecdotes de son enfance ou de sa jeunesse, c’est pour apporter un peu de lumière à son quotidien, se sentir mieux et, pourquoi pas, y puiser un regain d’énergie. Ces souvenirs sont parfois de petits faits que l’on pourrait qualifier de sans importance si la plume sensible, ingénieuse de l’auteure ne les transformait en bijoux précieux. Des phrases entières, des paragraphes sur lesquels on a envie de s’arrêter, que l’on se plaît à relire pour apprécier les images, les sons, les couleurs.
    Bref, une belle évocation de l’âge des cheveux gris ou blancs, auréolée d’un doux optimisme.

  4. Daisy dit :

    Laurence a une façon extrêmement délicate de faire vivre ses personnages autour de leurs souvenirs. La nouvelle « Le ferry-boat » m’a embarquée dans la traversée Calais-Douvres avec la petite musique de la nostalgie, qui est présente dans nombre des nouvelles de l’Ombre de la colline. A côté de la nostalgie qui berce la plupart des textes, j’ai trouvé dans les descriptions des objets et de la nature beaucoup de sensualité et un grand sens du détail. Ma préférée est celle des immigrants italiens, Jusqu’au bout du voyage, dont l’histoire s’inscrit sur plusieurs générations. Laurence connaît fort bien l’Italie, et l’évoque avec talent dans l’histoire de Louis et de Rosine. Longue vie à ce recueil plein de grâce et de délicatesse.

  5. Marie P. dit :

    Une œuvre tendre-amère, entre consolation et nostalgie. J’ai retrouvé avec plaisir la nouvelle-titre, que je connaissais déjà et dont j’avais apprécié la délicate palette. Mais je les ai toutes aimées – « La dernière lueur » pour sa chute un brin cruelle, « Jusqu’au bout du voyage » pour la double narration, la construction subtile, l’entrelacement des temps et l’émotion qui s’en dégage. Et puis les autres, toutes les autres, avec cette si belle lumière toscane qui les nimbe d’une langoureuse douceur.
    Laurence confirme là son talent d’écriture… mais en doutions-nous?

  6. Adorna dit :

    Un très joli recueil sur l’âge mûr et le passage du temps, où la plume délicate de l’auteur décline les nuances, de la nostalgie à l’espoir, des réminiscences du passé aux promesses de l’avenir. On éprouve un grand plaisir à égrener ces nouvelles, parfois tendres-amères mais jamais défaitistes ni désespérées. Les personnages attachants se succèdent en une douce chaîne humaine, et d’une histoire à l’autre, rien ne finit en fin de compte, la vie recommence comme les vagues de la mer.

  7. Alain Emery dit :

    Laurence – dont on connaît l’humilité – signe ici un recueil à son image, au fond : délicat et lumineux. J’ai aimé l’ombre italienne, le regard sur le temps, les nuances et la fragilité des personnages. Il y a du reste, sous cette apparente simplicité, un vrai travail d’écriture, et on ne peut qu’y être sensible. Qu’on se le dise: L’ombre de la colline est une réussite…

  8. Laurence Marconi dit :

    Merci à tous du fond du cœur pour vos messages qui sont pour moi autant d’encouragements à tracer ma voie sur le chemin de l’écriture .

  9. Calliroé dit :

    Chaque nouvelle est un plaisir sans cesse renouvelé introduisant de nouveaux personnages tous plus attachants les uns que les autres. L’on prend facilement part à la nostalgie des uns et aux souvenirs heureux des autres. Les ambiances familières ou moins familières nous emportent sur le chemin de la vie de chacun de ces personnages. Le tout est raconté avec brio, car Laurence Marconi a l’art de s’emparer du mot juste, de l’expression évocatrice qui fait surgir les pensées, les situations et les paysages.
    Toutes mes félicitations pour ce magnifique recueil !

  10. Hopak dit :

    « L’ombre de la colline », c’est l’ombre du temps qui passe, qui laisse derrière lui tous les souvenirs d’une vie, les amours,les désirs, les joies et les malheurs, une ombre qui s’avance inexorablement vers la fin ou la déchéance. Il s’en dégage une petite musique mélancolique, jouée avec délicatesse, sans fioritures inutiles. La ligne mélodique s’étire, imprégnant notre esprit de l’évidence d’une échéance qui nous guette tous et qui nous permet de ne pas oublier que faire de notre vie la meilleur usage possible est la seule solution.

  11. Zonaires dit :

    Dans le post lecture,une superbe analyse du recueil de nouvelles de Laurence Marconi « L’ombre de la colline ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faites l\'opération * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

A découvrir