Portraits inattendus Vol. 2

COLLECTIF D’AUTEURS
Partez à la rencontre de 19 personnages qui ont marqué leur époque et inscrit leur empreinte dans la mémoire collective.

Découvrez les portraits inattendus de Robert Capa par Jordy Grosborne – Sabina Spielrein par Viviane Campomar – Bruce Lee par Benoit Camus – Abbé Pierre par Jacqueline Dewerdt-Ogil – Raymond Devos par Pierre-Louis Douheret – Zhang Zhixin par Guan Jian – Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt par Alain Emery – Marguerite Duras par Julie Legrand – Oum Kalthoum par Ludmila Safyane – Mireille Balin par Pierre Monier – Camille Claudel par Dominique Theurz – Juliette Dodu par Peggy-Loup Garbal – Meena Keshwar KamalL par Martine GALATI – Charlie Chaplin par Désirée Girod – Jules Vallès par Franck Garot – Angela Davis par Élodie Torrente – Nelson Mandela par Estelle Berger – Léo Ferré par Joël Hamm – Federico Garcia Lorca par Françoise Guérin

Quels souvenirs avons-nous gardés de ces destins dispersés dans la grande histoire de l’humanité ? Ceux qui nous sont rapportés par les livres, les journaux, les images ? ou bien par les représentations et affinités que nous leur avons associées ?
19 auteurs mettent leur mémoire imaginaire en mouvement pour nous porter au plus près de ces figures illustres, et nous offrir à leur manière des témoignages singuliers susceptibles de bouleverser nos perceptions du passé.

Portraits inattendus par un collectif d’auteurs, 206 pages, ISBN N° 979-10-94810-45-3 Parution prévue 30 novembre 2022 Prix de vente public 20,00 € + 6 € frais de port.

Pour précommander le livre  et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire : cliquer sur le bouton ajouter au panier :




Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

One comment

  1. “Portraits inattendus” chez Zonaires éditions : un recueil collectif de 19 auteurs qui ont mis leur imaginaire en mouvement pour nous porter au plus près de personnages marquant leur époque en s’inscrivant dans la mémoire collective.
    Aux côtés de Peggy-Loup Garbal (son portrait de Juliette Dodu) et d’autres talentueux auteurs de la maison, j’ai été heureuse, bien qu’au départ intimidée, d’écrire sur Marguerite Duras, tenter de renouer avec les fulgurances intimes d’une écriture qui a longtemps constitué une obsession esthétique et nourri ma propre envie d’écrire. C’est un risque d’écrire sur ceux qu’on aime quand ils constituent un panthéon personnel. Il fallait se déjouer de l’icône, redécouvrir l’œuvre, partir à la rencontre de la femme de combats, courageuse et passionnée qu’elle était. Se remémorer cet été passé à 16 ans sur les grèves du Péloponnèse à lire “Les Petits chevaux de Tarquinia”, sentir comme une hallucination la canicule de fiction entre les pages se substituer à celle de l’été brûlant… l’effet saisissant de cette écriture sur les sens.

Votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faites l\'opération * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.