Carrosserie

Toujours en train de courir
Sur la piste Paris-Dakar
Sur les routes du désert
Toujours le même destin
En carcasse
Livré aux rapaces
Abandonné dans une fourrière
Tombé entre les mains des passeurs
Tous des oubliés
Pièces détachées
Corps échoués
Triste sort
Du choc des mots, de l’impact de ce parallèle entre les cabossés de la route et les cabossés de la vie que sont les migrants se dégage toute une palette d’interprétations possibles pour faire ressentir en quelques instants la condition d’exilé : déchirure et réparation.
Ce texte est partie intégrante d’une création théâtrale intitulée « Vies exilées, vies cabossées » écrite par des migrants accueillis à l’Apardap*.
* Apardap : association de parrainage républicain des demandeurs d’asile et de protection

Carrosserie de Papa Malick FALL, illustrations Patrick L’ECOLIER, 32 pages, parution le 25 novembre 2021, 5 € + 2,20 € de frais de port ISBN N° 979-10-94810-40-8
Pour acheter le livre  et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :





Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Portraits inattendus

Ce recueil présente seize personnages qui ont marqué leur époque, et laissé leur empreinte dans un monde aussi prompt à la glorification qu’à l’oubli ou au rejet.
Quels souvenirs avons-nous gardés de ces destins dispersés dans la grande histoire de l’humanité ? Ceux qui nous sont rapportés par les livres, les journaux, les images ? ou bien par les représentations et affinités que nous leur avons associées ?
Seize auteurs mettent leur mémoire imaginaire en mouvement pour nous porter au plus près de ces figures illustres, et nous offrir à leur manière des témoignages singuliers susceptibles de bouleverser nos perceptions du passé.
Antonin Artaud et Benoit Camus, D’Artagnan et Pierre Monier, Jacques Brel et Estelle Berger, Coluche et Dominique Theurz, Olympe de Gouges et Serge Cazenave-Sarkis, Frida Khalo et Julie Legrand, Jacques Lacan et Joël Hamm, Martin Luther King et Jordy Grosborne, Rosa Luxembourg et Peggy-Loup Garbal, Missak Manouchian et Emmanuelle Cart-Tanneur, Louise Michel et Alain Emery, Groucho Marx et Désirée Girod, Jim Morrison et Franck Garot, Rosa Parks et Valérie Brun, Qiu Jin et Guan Jian, Maria Spiridonova et Pierre-Louis Douheret.
Les portraits dessinés sont réalisés par Nathalie Sougnoux.
Quatre auteurs rendent également hommage aux « Mondine », ces femmes glorieuses et inconnues du nord de l’Italie qui ont popularisé la chanson révolutionnaire Bella Ciao.

En écoute “Alessandro” une courte nouvelle de Serge Cazenave-Sarkis en hommage aux « Mondine ».

Portraits inattendus, collectif d’auteurs, 200 pages, 17 € + 5 € de frais de port

Parution 20 novembre 2021 ; ISBN N° 979-10-94810-39-2

Pour acheter le livre  et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :




Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Suzanne et ceux de la rue d’En-Bas

Albert a soif. Très soif. Il lèche ses larmes. Lui a-t-elle vraiment dit qu’elle l’aimerait toujours ? Que cet amour, elle le garderait en elle ?
Elle l’a retenu en elle, lui. C’était jamais arrivé.
Suzanne ne connaitra rien de son père. Il lui faudra apprendre par elle-même les petits trucs de la vie qui aident à supporter le manque et à se construire un avenir. Jusqu’au jour où, parvenus à maturité, les fruits du silence mettront en lumière les rivalités et les duplicités, entamant les espérances et la quête d’amour de la jeune femme.
Dans ce roman à tiroirs, l’auteure nous embarque dans un jeu de piste où les protagonistes – ceux de la rue d’En-Bas – ont tout autant leur mot à dire que des fardeaux à confier.
Avec ce sixième livre Jacqueline Dewerdt-Ogil renoue avec des thèmes qui lui sont chers, le mystère des origines et les secrets de famille, les paroles bannies comme les joyeuses que l’on garde au fond de soi et qui embellissent la vie.

Après un recueil de nouvelles Est-ce que les enfants jouent pendant les guerres ? et un roman Un tilleul n’est pas un peuplier, Suzanne et ceux de la rue d’En-Bas est son troisième livre publié chez Zonaires éditions.

En écoute, un extrait du prologue lu par Serge Cazenave-Sarkis

Suzanne et ceux de la rue d’En-Bas de Jacqueline Dewerdt-Ogil
128 pages, 14,50 €, + 3,90 € de frais de port
Parution 7 octobre 2021 ; ISBN N° 979-10-94810-38-5

Pour acheter le livre  et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :



Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Embrassades et simagrées

 

« Avec Serge Cazenave-Sarkis, on découvre une vision du monde qu’on qualifiera de délicieusement trouble. De nouvelles en nouvelles, il creuse son univers, approfondit ses thèmes ou ses obsessions et poursuit, mine de rien, une quête de la « comédie humaine ». Au cœur de ses histoires, tout gravite souvent autour de personnages en apparence banals, fades, « Monsieur et Madame tout le monde » mais que l’on découvre comme des êtres perdus, des marginaux, des égarés, des cabossés de la vie. Toutes sortes d’affects surgissent alors en nous, amusement, émotion, empathie, étonnement, voire effarement. »                           Extrait de la préface de Charles Duttine

 Cette nouvelle édition augmentée de “Embrassades et simagrées” est réalisée en coproduction ZONAIRES éditions et VOXeBOOK éditions.  La version papier comme la version audio (Format CD audio MP3 ou Format clé USB audio MP3 ) est proposée au tarif de 11 € (+port). Il est possible de commander les 2 versions ensemble ou séparément. Le pack comprenant les 2 versions est proposé à 20 € (+port)

Serge Cazenave-Sarkis,

Enfance nomade. À 16 ans rejoint Paris pour s’unir aux manifestations de mai 68. Il occupe l’université Paris-Sorbonne, rencontre le chanteur Evariste (participe à l’enregistrement du premier disque en autogestion) et crée, avec le chanteur Renaud, le « comité Gavroche ». Artisan d’Art Millésimé « Atelier d’Art de France ». Créateur de nombreux sujets pour le concours des « Meilleurs Apprentis de France ». 2013, cesse ses activités artisanales pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Écrit entre Berry et l’Île de Noirmoutier. Très solitaire, se définit comme un libertaire qui aime l’idée de société.

En écoute : “Une mélancolie joyeuse” préface de Charles Duttine lue par Audrey Meyer

Embrassades et simagrées de Serge Cazenave-Sarkis, 84 pages, 11 €, (+3,90 € frais de port) parution le 21 septembre 2021.

ISBN N° 979-10-94810-37-8

Pour acheter le livre papier et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :




Pour acheter le pack (livre papier + livre au format CD audio) et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :




Pour commander uniquement la version CD audio ou clé USB, rendez-vous sur VoxeBook :  https://voxebook.fr/1518637-Embrassade-et-simagrees.html 

Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Le Concile des quarante

La planète Terre est en souffrance, mais rien ou presque n’est fait pour endiguer le mal.

Lasses d’envoyer des mises en garde, les quarante races faëriques de la forêt, réunies en Concile, décident de prendre les choses en mains.

Dans ce conte écologique, fantastique, horrifique et drolatique les Nains, Lutins, Elfes, Gnomes, Pixies, Trolls, Fées, Forêveurs, Licorne, Vouivre, Ogre, Ankou et autres Feux-Follets vont composer la plus longue et la plus belle symphonie qui ait jamais eu lieu dans le Royaume Sous-terrain.

Le Concile des quarante, conte illustré de Frédéric Gaillard (récit) et Philippe Lemaire (illustrations), 92 pages, couverture papier couché satiné et pelliculé, 16,00 € + 3,90 € de frais de port.

Parution le 4 aout 2021 ISBN : 979-10-94810-36-1

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :

En écoute un extrait lu par Serge Cazenave (Chapitre 9 “Underground Musik”)



Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Les Lucubrations de Lucien

 En livre, il a une toute autre allure. Un profil qui lui sied, dans lequel il se reconnaît. Ressemblant mais en mieux. Lucien hoche la tête de satisfaction en se parcourant des doigts. Se dévisage, apprécie sa façon, sa coupe, son beau volume. L’impression est excellente. Le papier, c’est certain, lui donne meilleure mine. Il se tourne et se retourne entre ses mains. Se tient par la tranche. Se caresse la reliure. S’admire dans la couverture et le dos. Se feuillette. S’arrête à la page 21. Lit trois lignes. Sourit. Il n’y a pas à dire, c’est tout lui. Lucien se demande pourquoi il n’y a pas pensé avant. Lui qui se cherche depuis des années, il suffisait d’aller à la librairie, de regarder sur sa table de nuit ou de lever le pied de l’armoire. Tant pis si celle-ci devient bancale du moment qu’elle ne lui broie plus le portrait. Il est content, Lucien. Ne parvient à se contenir. Il se brandit. Se secoue sous le nez de Max.
— T’as vu ?
Max ne peut que confirmer.
— Oui, c’est chouette !
— Je me sens enfin moi.
Max acquiesce, un peu embarrassé face à la confession, sans trop savoir quoi répondre. Lucien ne l’a guère habitué à de tels épanchements.
— Tu peux m’ouvrir, si tu veux ? lui propose Lucien en s’approchant de lui.
— Euh…
— Ne sois pas gêné : j’ai des bouts de toi, aussi, à l’intérieur.

 

Benoit Camus accumule les phrases, les lignes, les pages ; certaines d’entre elles ont bénéficié d’un éclairage éditorial au sein de revues, d’anthologies ou d’ouvrages personnels. Il ne se lasse pas d’explorer le champ littéraire et de promener sa plume au long de ses sillons.

Les Lucubrations de Lucien, Fantaisies de Benoit Camus, 114 pages,
13 € (+3,90 € frais de port) ISBN N° 979-10-94810-34-7 Parution le 15 avril 2021

En écoute : la Fantaisie N° 43 “Lucien se confine” interprétée par Serge Cazenave

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :


Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Vent fou

Entre recueil et journal intime, ce livre vous invite à faire la connaissance d’Agnès à travers les yeux de ses proches, au fil de seize nouvelles. Sur un ton parfois enfantin, parfois désabusé, où l’humour arrive aussi à trouver sa place, chacune d’elles apporte un regard sur ce personnage en devenir… Une femme qui se livrera parfois pour donner sa version des faits.
Le portrait est loin d’être complet, mais à vous d’éclairer les zones d’ombre en laissant votre imagination inventer d’autres moments qui donneront chair à Agnès.

 

Frédérique Trigodet a délaissé son habituelle plume noire pour un ton plus léger qui n’empêche pas la gravité et pousse à s’interroger sur ces cases dans lesquelles on range très tôt les gens. Auteure de nouvelles pour Ska éditions ou Nous deux, publiée en revues ou recueils collectifs, l’auteure aime se lancer de nouveaux défis. Travaillant actuellement à des projets pour la jeunesse, elle ne délaisse jamais longtemps la nouvelle, son genre de prédilection et son premier amour en écriture.

Vent fou de Frédérique Trigodet, nouvelles, 74 pages, 10,00 € + 3,90 € de frais de port. ISBN N° 979-10-94810-33-0 Parution le 24 mars 2021

En écoute : deux extraits lus par l’auteure

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :

Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Couleur vert pivoine

 

Amandine, contrainte de travailler sur une ligne de production, rêvait parfois de campagne, souvent d’un compagnon de route. Elle profita d’un accident fort louche pour entrainer Milo dans sa tanière. Le trentenaire, féru d’humour noir, cultivait les zones d’ombre, mais ne tombait dans aucun panneau.

Pourtant, ce soir il saigne sur le canapé d’Amandine et les parents de la jeune femme en connaissent les causes.

 

Dominique Theurz est auteure de nouvelles. Mais sa plume aigre-douce se pose et gratte là où l’aventureuse écriture décide de l’inviter. Couleur vert pivoine est son premier roman.

En écoute : un extrait lu par l’auteure

Couleur vert pivoine de Dominique Theurz, roman, 124 pages, 13,50 € + 3,90 € de frais de port. ISBN N° 979-10-94810-32-3  Parution le 19 février 2021

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :


Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Au cœur d’Esteban

 « Tu auras un destin exceptionnel. Ta vie sera un enchevêtrement de grandes joies et d’insondables douleurs. Tu connaîtras la gloire, on chantera tes louanges puis on te haïra. Je vois des bûchers, je vois des exils ! Mais surtout, réduisant tout le reste à peu de chose, je vois que tu vivras un très grand amour… »

La prédiction de Marie-Angèle, médium diabétique et « voyante extra-glucide », finira-t-elle par se réaliser ? Pour Esteban, électron libre et croqueur de vie à pleines dents, qu’importent les bûchers et les exils, seul compte le très grand amour annoncé et l’amitié qui le lie à Valentin, son frère de hasard. De l’enfance à l’âge mûr, des premières claques de la vie et des flèches de Cupidon aux ultimes chausse-trapes d’un destin facétieux, nous mettons nos pas dans les pas de personnages fabuleux, qui pourtant nous ressemblent.

Né en 1952, Pierre Monier est un authentique « gone » lyonnais, qui a grandi dans les quartiers de Monplaisir et de Montchat. L’écrivain demeure néanmoins très attaché à ses lointaines racines ardéchoises, savoyardes et lorraines. Journaliste, escrimeur, poète, auteur de récits biographiques et de romans, il avoue s’être glissé avec bonheur dans la peau d’Esteban et de Valentin, les deux héros du dernier tome de sa « Trilogie Lyonnaise ». 

Préface de Françoise Guérin, illustration couverture de Muriel Bélier

Lire la préface de Françoise Guérin

 

En écoute : deux extraits lus par Mireille Monier de l’association “Lire et faire lire” :

Au cœur d’Esteban, roman de Pierre Monier, 330 pages ; prix public : 22 € + port 5,50 € ISBN 979-10-94810-31-6 Parution prévue le 14 décembre 2020

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :

Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Le silence des baobabs

La voix des griots[1] résonnait encore. Le souffle des ancêtres bruissait dans les branches. Le sang des circoncis se mêlait à la sève. Les tam-tams et les coups de pilons rythmaient la danse incandescente des masques. Le cœur du village battait au pied du baobab. Les sages veillaient et l’esprit des anciens était toujours présent. Les symboles et les totems occupaient une place importante. L’homme parlait avec les objets et communiquait avec la nature. Cet équilibre culturel a vacillé au fil des générations et s’est progressivement défait.
Dans la pénombre, les ombres se déplacent et les silhouettes s’éloignent.
Sous l’arbre à palabre[2] le village s’inquiète.
La situation prend une couleur différente vue à hauteur d’un ballon de foot ou d’un arbre, à hauteur d’un enfant ou des adultes du village. Mais tous ressentent l’abandon, l’incompréhension, le tragique.
Les masques traditionnels seraient-ils capables d’apporter leur aide ? Ignorés et oubliés, ils accusent les nouvelles générations de les confiner et de les réduire à de simples objets.  Pour manifester leur mécontentement, ils hantent les jeunes jusque dans leur sommeil, les contraignant à fuir pour ne pas tomber malade. La colère mascherale[3] ne serait-elle pas la vraie coupable ?
La sécheresse menace, les arbres meurent, les rivières se dessèchent, les pluies se font rares, les puits se tarissent, les greniers sont vides, les bêtes ont soif.
L’arbre isolé part à la recherche de la forêt. Le ballon s’interroge sur sa solitude.
«Rythmés par la voix du griot, les palabres et les conseils des sages, tentent de réconcilier les traditions avec la vie d’aujourd’hui. Hommes aux pieds ailés », « nouveaux Ulysse », ceux qui partent, poussés par la main ferme de l’urgence, errent dans l’enfer du désert, affrontent une mer impétueuse, pour rejoindre un ailleurs incertain. Ceux qui restent ruminent leurs peines. Les mères, les épouses pleurent l’être parti et chantent leur mélancolie tandis que d’autres confient leurs secrets au baobab ou aux forces mystiques.
Le conteur, lui, n’est jamais très loin. II raconte les histoires d’hier et écrit les récits de demain.
[1] Griot : En Afrique noire, membre de la caste des poètes musiciens ambulants, dépositaires de la culture orale et réputé être en relation avec les esprits.
[2] L’arbre à palabres est un lieu traditionnel de rassemblement, à l’ombre duquel on s’exprime sur la vie en société, les problèmes du village, la politique. C’est aussi un lieu où les enfants viennent écouter conter des histoires par un ancien du village.
[3] Mascherale : adjectif relatif aux masques.

Silvia TREBBI. Je dessine. Je dessine depuis toujours. C’est une façon de penser, une façon de voir, une façon de parler sans bruit.
Pourtant, j’aime les dessins qui parlent, les dessins qui bougent de case en case, à chaque page.
La feuille de dessin me stimule. La page blanche me monte à la tête. Elle accepte de recevoir platement mes divagations graphiques et de participer à la création d’un monde d’encre et de papier, qui se construit peu à peu sur elle et par elle, de ma tête à ma main, entre la plume et le trait. La politesse de la page blanche est d’héberger gracieusement mon dessin, celui-là même qui me raconte qui je suis et je ne peux vous en dire davantage.

Papa Malick FALL. Les mots, des mots…
Je les cherche toujours. Je les scrute dans la profondeur de la nuit. Je les cueille dans la tiédeur de l’ennui. Je les guette dans la fragilité du matin. Ils piétinent mes ombres. Ils rasent les murs. Ils dansent dans le miroir. Ils avancent dans la lumière. Ils chuchotent dans le brouillard.  Ils narguent mon sommeil et hantent mes rêves. Je les sens. Je les respire. Je les entends murmurer dans le vent.  Je les entends bourdonner dans le silence. Ils se bousculent, s’essoufflent, s’effacent. Je les entends tomber, se relever, tituber. Ils cherchent leur ponctuation.  Ils sont vers, rimes, mélodies…  Ils bruissent dans le feuillage.  Ils s’illuminent dans le sourire de cette fille que je croise au coin d’une rue. Ils sont suspendus dans son regard, tremblent sur ses lèvres, effleurent sa chevelure.

Le silence des baobabs, roman graphique de Silvia Trebbi et Papa Malick Fall, 92 pages 21 x 29,7 relié, 13 € + 6,90 € de frais de port (France métropolitaine) supplément pour les départements outre-mer
ISBN 979-10-94810-30-9  Parution le 26 octobre 2020.

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :

Pour accompagner l’ouvrage, nous vous proposons un lot de 6 cartes, dessins extraits de l’album. Format des cartes 21 x 14,85, papier 350g satiné au prix de 10 €

Pour acheter le livre + le lot de 6 cartes et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :

 

Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Bande annonce :

1 2 3 5