Quand bruissent les bambous

 

Une infirmière en campagne, un homme-oiseau réfugié sur la branche d’un arbre, le Chef d’un village qui découvre la ville, une jeune fille posée comme un papillon au bout d’une passerelle en bam-bou… Les personnages de ce recueil de nouvelles sont tous à la croisée des chemins. Profondément marquée par un trek au Laos, l’auteure nous conte des histoires inspirées de ses rencontres, de témoignages et d’anecdotes, qui ont pour décor les paysages des montagnes du nord, le Mékong et la ville de Luang Prabang.

La végétation semblait agglomérée comme le riz gluant longuement malaxé…
Ils progressaient toujours encerclés par la végétation : des lianes enchevêtrées, des touffes de bananiers, un sous-bois dense, grouillant de sources enfouies qui chuintaient et ruisselaient sur la terre rouge…
Le ciel était gris et bas, et le ventre du Mékong, lisse et rebondi comme celui d’une baleine…
Luang Prabang s’étirait de chaque côté du Mékong, éblouissante, alanguie. Le bateau glissait le long des maisons aux balcons d’acajou qui ourlaient le fleuve.

Laurence Marconi a enseigné l’anglais dans un collège de Seine-et- Marne pendant de nombreuses années. Elle écrit des nouvelles dont certaines ont été primées à l’occasion de concours. Son premier recueil, Sur un air de Gershwin, a remporté le prix des Beffrois en 2014. Après L’Ombre de la colline, Quand bruissent les bambous est son second recueil publié par Zonaires éditions.

 

Quand bruissent les bambous de Laurence Marconi, 72 pages, 10 € (+3,50 € de frais de port), ISBN 979-10-94810-21-7  Parution prévue : 6 septembre 2019

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :

Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

Découvrez la bande-annonce :

5 comments

  1. Quand bruissent les bambous est un merveilleux florilège d’impressions de voyage au Laos. Laurence Marconi excelle à décrire la nature dans toute sa beauté. Le fil des histoires forme une boucle poétique qui rend hommage aux coutumes de ses habitants, à leur style de vie, à leurs rites. Laurence propose une analyse fine du regard que pose le voyageur sur cette terre dont il ignore tout. Il entre dans ce regard de la fascination et du respect pour les hommes et la nature. Toutes ces histoires font réfléchir sur le mode de vie occidental et surtout, surtout, donnent au lecteur l’envie de voyager. Bravo, Laurence, pour ce remarquable travail tout en profondeur.

  2. « Quand bruissent les bambous »… ou quand on retrouve la plume légère de Laurence Marconi, nous conviant cette fois au dépaysement et au voyage. Dans ce nouveau recueil, saveurs, parfums et couleurs composent un foisonnant bouquet né de la palette irisée de la conteuse, qui nous entraîne sur les pas de ses personnages – villageois locaux dont elle retrace avec tendresse la vie quotidienne ou Occidentaux en quête d’un sens à leur vie. Chacune des histoires ajoute sa touche particulière à l’unité de l’ensemble. Toujours ouverte, chaque fin de nouvelle nous laisse glisser sans heurt à la suivante sans jamais rompre l’harmonie du recueil, relié par les douces volutes de cette pipe de bambou dont les personnages usent tour à tour pour endormir leurs peines et bercer leurs rêves.

  3. Les bambous viennent de finir de bruisser dans mes oreilles à moins que les volutes de fumée de la pipe bien cachée dans la nature ne rôdent encore autour de moi.

    Chaque nouvelle permet au lecteur de découvrir une nouvelle ambiance, un environnement végétal, des personnages qui vont toujours à l’essentiel de leur vie.

    Le prologue amène un sourire avec son rythme decrescendo. Un voyage qui nous plonge dans un univers changeant avec des histoires touchantes.

    L’écriture est riche, le vocabulaire imagé bien amené.
    Bravo!

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faites l\'opération * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.