Si maman était là

 

Chaque femme a une vie riche en couleurs. Sensibilité, intelligence, courage, sincérité… Toutes, sans aucun doute, vivent avec la même force, la même passion leur appartenance au monde, nous dit Guan Jian.
À travers ces neuf nouvelles, elle nous rappelle cependant combien est fragile cet attachement, combien peuvent être ambigües ces vies où se côtoient frayeurs et enchantements, bien-être et idées noires.
Poussée par le désir d’écouter les sombres bruits du passé qui affluent par les rayons de sa mémoire, l’auteure nous présente ces femmes qui, malgré tous les chagrins, toutes les colères, toutes les déchirures, tiennent à rester debout pour apprendre à vivre avec la vie, pour aller jusqu’au bout de leur « tour de manège », quoiqu’il arrive.

Née à Beijing, diplômée de Beida (Université de Beijing) en littérature française, ancienne journaliste et traductrice de Beijing Informations, Guan Jian vit actuellement à Lyon, où elle exerce le métier d’enseignante.
Auteure de plusieurs livres publiés en Chine et en France, elle navigue entre deux langues et deux cultures. Après “La Pluie de l’aube“, ce recueil est le second publié chez Zonaires éditions

En écoute : un extrait de la nouvelle “La petite fille qui marche seule dans la rue” lu par Anita VAN QUYNH

Si maman était là de Guan Jian, recueil de nouvelles, 100 pages, 12,50 € + 3,80 € frais de port (France métropolitaine) supplément pour les départements outre-mer
ISBN 979-10-94810-28-6  Parution le 15 mai 2020

Pour acheter le livre et régler à partir d’un compte Paypal ou par carte bancaire cliquer sur le bouton ajouter au panier :


Pour commander et régler par chèque : Bon de commande

2 comments

  1. Lu d’une traite le nouveau recueil de Guan Jian “Si maman était là”.
    C’est délicat, coloré, goûteux ! Ne le manquez pas.

  2. Sous la plume de Guan Jian, les douleurs se confient. De Beijing à Paris, du Café sans nom au Si He Yan des grands-parents, elles imprègnent les pages mais jamais ne les saturent. Elles expliquent… tant… mais refusent de départager les racines et les ailes.
    Et puis, le point final, déjà !
    Et puis, le besoin impérieux de partager cette lecture !

Répondre à Françoise Guérin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faites l\'opération * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.